La sophrologie est-elle une technique de relaxation ? Comment la sophrologie agit-elle sur les maladies psychosomatique ? Comment la relaxation agit-elle sur le corps ? La relaxation en sophrologie, un plus ? Des réponses sur cette page

Sophrologie : Les causes des maladies psychosomatiques

Pratiquer la relaxation en sophrologie

Les états de conscience en sophrologie

Pour votre bien-être, votre équilibre et votre santé, la sophrologie représente une aide appréciable. Découvrez dans cet article tout ce que vous avez besoin de connaitre sur la sophrologie et les pratiques de relaxation

La relaxation

Les états de conscience en sophrologie différent des états de conscience pathologique ou ordinaire. Le but de la sophrologie est avant tout la prophylaxie et le traitement des maladies psychosomatiques. Un des chapitres extrêmement important est celui portant sur « les modifications de la conscience obtenus par des méthodes de relaxation ».

De très nombreuses méthodes de relaxation ont vu le jour. Ces méthodes de relaxation doivent être utilisées en fonction de chaque individu et adaptées selon les circonstances. La relaxation est capable de modifier la conscience d’une manière plus ou moins évidente, selon les méthodes. La pratique de la relaxation correspond aujourd’hui à un besoin évident dans nos civilisations modernes.

Pour saisir l’utilité de la relaxation, nous devons expliquer l’origine de la plupart des maladies psychosomatiques. Nous n’insisterons jamais assez sur le fait qu’environ 70 % des malades ambulatoires qui se présentent chez le médecin sont des malades psychosomatiques, victimes de la civilisation et du genre de vie qu’ils sont forcés de mener.

Reprenons le problème à la base pour examiner le mécanisme qui provoque ces troubles si divers et si fréquents de nos jours et comment il est possible de traiter ou mieux de prévenir la majorité d’entre eux grâce à la relaxation.

Prophylaxie et traitement en sophrologie

Nous esclaves de nos besoins ainsi que d’une réglementation qui, de plus en plus, réduit la faible marge de liberté qui nous reste. Nous pensons être libres alors qu’en réalité toute notre responsabilité est soumise à la dynamique de notre inconscient et des conditionnements culturels, éducatifs, des influences et des pressions sociales et familiales.

bien etre par la sophrologie

Chacun est suffisamment partie prenante dans cette société pour se rendre compte combien nos nerfs sont mis à rude épreuve. Travail, soucis financiers, responsabilités, ennuis familiaux, problèmes personnels nous tracassent sans cesse et épuisent ainsi notre « capital santé ». Les bruits nous assourdissent ; même si consciemment l’on croit s’habituer à ce vacarme, notre inconscient n’en subit pas moins les conséquences, même si nous avons l’impression d’agir volontairement, difficile dans ces condition de parvenir à se relaxer. Toutes ces tensions produisent une « angoisse chronique » ». il suffit d’observer le visage des gens qui nous entourent. Ils sont tous tendus. Il n’est pas difficile dans un tel contexte de se rendre compte que notre santé physique et morale est en grand danger. Il n’y a jamais eu autant de névrotiques et de malades psychosomatiques que de nos jours, et ces maladies sont encore en progression rapide. Si dans les pays sous développés des maladies comme la tuberculose, la syphilis, etc… se rencontrent encore fréquemment, peu de personnes souffrent de névroses ou de maladies psychosomatiques.

La relaxation en sophrologie : une aide dans ce monde moderne

L’application régulière des diverses méthodes de relaxation, bien adaptées à chaque cas, permet souvent de prévenir un déséquilibre psychosomatique auquel nous expose notre rythme de vie toujours plus accéléré. Il est possible de limiter considérablement nos conflits intérieurs, nos passions, de diminuer la nervosité et même de faire en sorte que notre pensée demeure saine jusqu’à un âge avancé, conservant avec elle santé et enthousiasme.

C’est une terrible erreur que de soigner une personne uniquement somatiquement (sauf pour la chirurgie) ou psychologiquement. Le corps et l’esprit sont étroitement liés et s’influencent en permanence dans un sens comme dans l’autre. Une médecine qui consiste exclusivement à faire un diagnostic et à administrer des drogues pour le traitement des maladies fonctionnelles ne peut réellement aider sur le long terme, pire encore dans certains cas elle ne peut qu’aggraver la situation du patient.. Une saine thérapeutique consiste en une juste combinaison de traitements psychologique et somatique. Ce n’est qu’au moment où tout le corps médical aura compris cette évidence et ne se bornera plus à la trilogie : tel symptôme=telle maladie = tel médicament, que la médecine pourra véritablement évaluer et devenir humaine, où le malade aura autant d’importance que la maladie elle-même.