sophrologie CaycédienneQu’est-ce que la sophrologie Caceydienne ? Existe-t il d’autres formes de sophrologie ? Un article qui vous dit tout ou presque sur la pratique dite Caceydienne

Pratiquer la sophrologie Caceydienne

Méthode de sophrologie selon Caceydo

La DAC, est une méthode de relaxation mise au point par le Docteur A. Dumont. Il s’agit d’une technique intermédiaire entre le training autogène de Schultz et la sophrologie Caceydienne . Cette méthode de relaxation utilise également des éléments de la technique de Jacobson et de Pierce, elle exploite naturellement les connaissances actuelles en sophrologie.

Cette méthode de relaxation permet d’approfondir les sensations vécues avec le training autogène et de prendre conscience des mouvements, tensions et relaxations des diverses parties du corps. Il s’agit d’une technique mixte, autosuggestive et non suggestive. Cette pratique de la relaxation comporte six exercices qui se pratiquent debout, assis et couché, dans lesquels on passe chaque fois par des mouvements, des tensions et la relaxation.

Le but final de la sophrologie Caceydienne n’est pas seulement de posséder parfaitement une ou plusieurs techniques, mais de les utiliser dans la vie en permanence dans n’importe quelle situation. Ce qui est aussi le but de la sophrologie : apprendre à vivre relaxé en permanence, debout, assis ou couché et dans toutes les circonstances. La DC est essentielle. Elle nous apprend à être détendu dans les trois positions habituelles de l’homme. Cette technique de relaxation est certainement vouée à un très grand avenir. Elle permet à celui qui la pratique de prendre conscience de son schéma corporel et conduit à une maîtrise parfaite de ses émotions.

Relaxation dynamique du Professeur Caycedo

Ce que vous devez savoir sur la sophrologie Caceydienne

Alors que dans les trois précédentes méthodes, les modifications de conscience se font dans le sens d’un léger abaissement du niveau par rapport à l’état de veille, la relaxation dynamique, elle, a tendance à produire une élévation de la conscience, une activation de l’onde EEG du cerveau.

La relaxation dynamique, appelée sophrologie Caceydienne, est une méthode originale de relaxation issue des techniques hindouistes, Zen et tibétaines appelée.

La sophrologie Caycédienne

s’appuie sur une d’une série d’exercices respiratoires, concentratifs, auto suggestifs dont certains ont gardé un sens ésotérique, conduisant à une élévation progressive de conscience en passant par les divers stades propres aux Orientaux, qui sont la concentration, la méditation et la contemplation.

Ces exercices relativement complexes nous permettent de faire connaissance de façon approfondie avec notre propre corps, ses possibilités, ses limites, ses formes. Pendant toute la première phase, l’attention se porte sur le corps et ses réactions (concentration) ; dans la seconde phase, on se concentre sur un objet extérieur au corps (méditation). Le troisième temps consiste à porter la méditation sur son corps, pour terminer par la contemplation obtenue par des exercices agissant sur les organes des sens. Pour comprendre la sophrologie et ses objectifs, la relaxation dynamique est d’une grande importance. Elle joue un rôle considérable entre les mains du sophrologue, non seulement pour son application clinique, mais aussi pour son propre entraînement en sophrologie.

La méthode de relaxation dynamique est tout à fait originale et différente des techniques connues en Occident. Tout en s’approchant de la conception orientale, elle s’adapte aux exigences occidentales. L’entraînement en sophrologie, selon le Professeur Caycedo, peut se place sur le plan de l’expérience directe et de l’ouverture de notre propre conscience, un des éléments principaux de la relaxation dynamique.

Le Professeur Caycedo a séjourné plus de deux ans en Orient, vivant en contact étroit avec des Maîtres. Le premier fruit de son travail ne fut pas seulement la publication en Inde des livres India Of Yogis et Letters of Silence, mais aussi l’élaboration de la méthode de relaxation dynamique, synthèse des méthodes les plus pures de méditations orientales et des exercices d’entraînement psychosomatiques pratiqués en Inde depuis des millénaires.

 La méthode de relaxation dynamique

Est expérimentée depuis plus de huit ans. Le Professeur Caycedo l’a pratiquée tout d’abord sur les sophrologues eux-mêmes (dans plusieurs pays), puis il a commencé l’expérimentation clinique en psychiatrie à Barcelone. Son effet immédiat a été constaté non seulement sur le niveau de la conscience, mais aussi en tant que répercussion directe sur l’organisme. Un livre est à l’impression sur cette méthode. Il est intéressant de signaler que la relaxation dynamique a été introduite comme cours d’enseignement régulier à la Faculté de médecine de Barcelone, dans le servie de psychiatrie que dirige le grand psychiatre espagnol, le Professeur Ramon Sarro. Si nous ne pouvons décrire ici en détail la méthode de relaxation dynamique, signalons cependant que le Professeur Caycedo a réalisé la synthèse de quatre éléments principaux dans cette technique. Citons également le Docteur Isasi.

Il a sélectionné une série d’exercices « pré-yogiques » auxquels il a été initié en Inde et dont la majeure partie est encore inconnue en Occident. De cette série d’exercices appartenant surtout au Raja-Yoga, le Docteur Caycedo a éliminé ceux qui renfermaient un caractère rituel magique, conservant et systématisant ceux qui avaient une valeur psychophysique. Il a sélectionné également quelques « kriyas » ou rituels primitifs de purification, excluant ceux qui présentaient un caractère mysticomagique.

« La relaxation se développe tout au long de tous les exercices, sans qu’interviennent ni la volonté, ni l’imagination. Cela revient à dire que la relaxation se manifeste d’elle-même à partir de principe de « sensation de récupération » vécue passivement, dans un état mental d’abandon, d’obnubilation de la conscience, de sentiment de se laisser aller ». La relaxation dynamique I se pratique debout et dans la tension musculaire même des exercices. Il existe également la relaxation en décubitus dorsal et latéral, comportant aussi la sensation de récupération. On profite de cet état psychophysique pour la pratique de techniques de méditation, qui n’ont pas précisément de rapport corporel.

Au cours de la relaxation dynamique, le Professeur Caycedo incorpore trois éléments les plus importants du Raja-Yoga, décrits par Patañjali dans les Yogas-Sutras plusieurs siècles avance J-C et utilisés depuis lors comme méthodes d’action sur la conscience par les plus grands yogis des Indes. Ces éléments sont par ordre :

  1. La concentration
  2. La méditation
  3. La contemplation

Pendant la période initiale de la relaxation dynamique on donne une grande importance de groupe et au terpnos logos (façon monotone de parler), au moyen duquel le directeur du groupe dirige les exercices aussi bien psychiques que physiques.

L’apprentissage de la méthode se réalise principalement en groupe, sous la direction d’un sophrologue, pendant une période initiale d’un mois, à raison d’une séance journellement ou alternativement un jour sur deux ; la durée par session est d’environ une heure.

Après le premier mois d’entraînement suit ce que Caycedo appelle la « période libre » dans laquelle chaque personne sélectionne ses propres exercices aussi bien physiques que psychiques et est contrôlée individuellement par le sophrologue une fois par semaine. La période libre a une durée d’un mois environ.

La « période d’initiation de groupe » et la « période libre » constituent le premier degré de relaxation dynamique. Il est évident, comme l’a affirmé à maintes reprises le Professeur Caycedo, que la méthode de relaxation dynamique ne peut être dirigée par un sophrologue qui n’aurait pas reçu une formation complète des méthodes aussi bien occidentales qu’orientales. Comme il s’agit d’une méthode qui agit principalement sur la conscience humaine, il est logique de supposer qu’elle doit être réservée exclusivement au spécialiste en sophrologie, que l’on suppose le mieux informer des techniques qui manient le différents niveaux et états de la conscience.

Il est clair également que l’application de la relaxation dynamique doit toujours s’appuyer sur le conseil d’un médecin, dans le cas où le sophrologue n’est pas spécialiste en médecine. Dans la relaxation dynamique, on manie des techniques psychophysiques de grande puissance et, pour autant, ce doit être le médecin qui donne les indications pertinentes, car cette technique n’est pas exempte de dangers, vu qu’il faut adapter les exercices à chaque personne, en particulier lorsqu’il s’agit de cas pathologiques.

Cette méthode ayant démontré sa valeur, non seulement comme entraînement psychosomatique dans le champ de prophylaxie, mais aussi dans le champ de la thérapeute clinique, nous pouvons affirmer que, grâce à l’utilisation rationnelle de la relaxation dynamique il y a augmentation de la potentialité psychique, en particulier du pouvoir de concentration et de mémorisation ainsi qu’une nette amélioration des capacités physiques.

Modifiée, cette technique de relaxation est enseignée par nos soins aux membres de l’équipe nationale suisse de ski alpin et aux sauteurs de l’équipe nordique depuis plus de cinq ans. Vu les résultats positifs, d’autres équipes ont eu recours à cette méthode : yachting, acrobatie aérienne, hockey sur glace, etc… dans le domaine du sport, elle ne peut cependant être utilisée en tant que méthode pure et complète, son apprentissage nécessitant trop de temps. Le processus a été raccourci et le nombres des exercices limité par une sélection apportant une augmentation de puissance physique et psychique immédiate. Contrairement à la méthode classique, l’athlète ne doit plus, entre chaque exercice, se concentrer sur son corps et sur un objet naturel, mais sur la compétition à venir. Ce sujet sera traité ultérieurement.

Quelques expériences ont été effectuées aux USA pour démontrer l’efficacité de ces exercices. Le nombre limité des cas testés ne nous permet pas actuellement de tirer des conclusions. Il apparaît cependant une nette augmentation de puissance physique sur les cas contrôlés à ce jour. Sauf les trois premiers, tous les exercices ont une action oxydante sur l’organisme. Ces exercices respiratoires, pratiqués debout, deviennent progressivement de plus en plus actifs. Lors de l’apprentissage il n’est pas rare de voir une athlète tomber en état d’alcalose (évanouissement temporaire) par excédent d’oxygène.